Le projet de l'aménagement du Mapocho à Santiago

Le Mapocho, un nouveau lien pour Santiago – Chili

Les chemins le long du Mapocho à Santiago

Les chemins le long du Mapocho à Santiago © Mapocho42K

Pistes cyclables, promenades et parcs comme éléments unificateurs d’une ville fragmentée.

Santiago, capitale de la République du Chili, est traversée par la rivière Mapocho naissant dans la Cordillère des Andes et parcourant quarante-deux kilomètres dans l’aire urbaine de la ville. Une rivière qui traverse seize des trente-quatre arrondissements de Santiago du Chili et qui constitue un élément physique et naturel, reconnaissable par tous les habitants.

Cependant la ville de Santiago a longtemps tourné le dos à la rivière. Sur ses rives se trouvaient de nombreuses décharges sauvages ainsi que des bidonvilles. De grands problèmes d’insalubrité ont été par conséquent provoqués; en effet pendant les hivers le débit de la rivière augmenta et les inondations prirent tout ce qui se trouvait sur les rives, tels que les habitations, les ordures…

Les premiers arrondissements qui ont commencé à canaliser les rives du Mapocho, furent les arrondissements de Santiago et de Providencia. Afin d’aménager les rives, ils ont construits  des parcs de chaque côté de la rivière, qui sont devenus peu à peu les promenades les plus quotidiennes des habitants. D`autres parcs ont été réalisé sur les rives en réponse au manque d’espaces verts dans ces arrondissements en question. Ainsi, différents parcs sont apparus peu à peu entre la rivière et les rues parallèles.

Même si ces dernières années, le gouvernement et les mairies des différents arrondissements ont fourni un effort afin de construire ces nouveaux espaces publiques, le problème réside dans le fait que ces opérations ne sont pas liées entre elles par un projet directeur sous-jacent. C’est pourquoi la continuité naturelle que constituait la rivière est perdue au profit d’aménagements non cohérents. A cela s’ajoutent les nuisances provoquées par la construction d’une autoroute urbaine sur la rive droite du Mapocho, connectée aux quartiers de la rive gauche par des ponts, parfois non praticable par les cyclistes et les piétons.

La ville de Santiago est divisée en trente-quatre arrondissements, disposant chacun de sa propre mairie et de ses propres caractéristiques socio-économiques. L’inexistence d’un gouvernement central qui pourrait fédérer les arrondissements et permettre de développer de grands projets urbains, fait que chacun d’eux travaille selon ses propres initiatives, ce qui mène vers une fragmentation de la ville.

Parmi les 8 arrondissements qui se situent sur la rive gauche du Mapocho, les trois à l’est (Lo Barnechea, Las Condes et Vitacura) sont des arrondissements avec une population fortunée et un budget qui permet de construire et d’entretenir des espaces verts accompagnées de généreuses infrastructures sportives et de loisirs. Les arrondissements au centre-ville (Providencia et Santiago) habités par les classes moyennes possèdent des parcs bien conçus et en bon état, mais parfois estimés comme dangereux étant fréquentés par des personnes qui s’y retrouvent pour une forte consommation d’alcool. Les trois arrondissements de l’ouest (Quinta Normal, Cerra Navia et Pudahuel) sont les plus pauvres des huit et possèdent seulement quelques espaces verts avec quelques arbres qui servent principalement pour dissimuler l’autoroute construite sur la rive droite de la rivière.

Le projet de l'aménagement du Mapocho à Santiago

Le projet de l’aménagement du Mapocho à Santiago © Mapocho42K

Pour redonner une continuité au Mapocho l’Ecole d’Architecture de la Pontificale Université du Chili est en train de développer le projet Mapocho 42K avec l’aide financière de la fondation San Carlos de Maipo. Ce projet a pour objectif d’harmoniser les différents parcs qui longent la rivière en construisant des voies cyclables et des promenades entre les parcs existants et de compléter les liens manquants par des nouveaux espaces publics pour la ville.

Le nouveau parcours sera construit tout au long de la rive gauche du Mapocho et pensé dans la même esthétique. Ainsi, la nouvelle liaison constituera une continuité urbaine, dans son fonctionnement et dans sa qualité constructive, de toute la ville de l’est à l’ouest. Des lieux de repos se trouveront à certains endroits, soit pour leur vue panoramique vers la ville, soit pour la possibilité de lier d’autres espaces verts, qui se ne trouvent pas sur les rives du Mapocho. Des programmes sportifs et des loisirs seront également développés dans le cadre du projet.

Pour affronter ce défi l’équipe de projet doit coordonner les huit communes et c’est là que se trouvent les enjeux du projet. Il dépend de la volonté des différents communes de concrétiser un projet d’ensemble, qui au delà de construire des parcs et des promenades demande à construire une ville accessible à tous ses citoyens.

Do not hesitate to share this post
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail