View on Naberejnye Tchelny

Tatarstan, un territoire dynamique – Russie

Map of the Republic of Tatarstan

Map of the Republic of Tatarstan © 2013 rethink

La République du Tatarstan (la terre des Tatars) est située sur une partie d’un ancien territoire beaucoup plus vaste, la Tartarie. C’est un pays majoritairement musulman et turcophone, qui possède une grande autonomie économique et politique au sein de la Fédération de Russie. Par exemple les Tatars possèdent leur propre passeport. Le Tatarstan est également une des régions dynamique de la fédération avec une démographie positive.

Le pays est situé à 800 km à l’est de Moscou dans la partie européenne de la Russie, possèdait une population de 3,8 millions d’habitants en 2010 et forme un centre industriel important de la Russie. En dehors de sa position stratégique, à la confluence de la Volga et de la Kama, et de ses industries, le pays est riche en ressources naturelles, notamment en pétrole et en gaz. Après la période soviétique de 1922 à 1991, le Tatarstan s’est engagé dans une modernisation au travers de projets ambitieux et dans l’accueil de grands événements mondiaux pour devenir une des grandes régions de la Fédération de Russie.

Kazan – la capitale

View on Kazan in Tatarstan

View on Kazan in Tatarstan © aidar89

Kazan, la capitale, se situe aux bords de la Volga, elle a célébré son millénaire en 2005. Elle est divisée par un l’affluant de la Volga, la rivière Kama. Kazan a une histoire riche, une culture profonde et avec sa population de 1,1 millions d’habitants en 2010 elle est considérée par certains comme « la troisième capitale de la Russie » après Moscou et Saint-Pétersbourg. Un titre disputé entre autres par la ville de Nizhny Novgorod.

Les grands projets urbains et architecturaux du pays, comme les événements internationaux, se concentrent ici. La ville doit accueillir l’Universiade (une compétition internationale universitaire multi-sports) en été 2013, des championnats du monde aquatiques en 2015 et des match de foot de la Coupe du Monde 2018 de la FIFA. L’accueil de ces événements nécessite le développement des transports publics dans cette ville où le premier métro de Russie (après l’effondrement de l’URSS) avait été inauguré en 2005 lors de la célébration du millénaire de Kazan. Actuellement le métro possède une ligne de dix stations et la ville projette de construire une nouvelle ligne avec 13 à 15 stations jusqu’en 2018 pour compléter le réseau.

View on Kazan in Tatarstan

View on Kazan in Tatarstan © Muxametzyanov Ildar

Parmi les projets architecturaux prévus à Kazan figurent le centre du jardin botanique et parc zoologique et la Bibliothèque nationale de la République du Tatarstan. La planification des villes nouvelles à proximité de Kazan, Innopolis et Kazan Smart City, sont des indicateurs pour les ambitions de développement de la ville devenue une métropole. Innopolis, planifiée à une distance de 22 km, sur une superficie de 20 km² et pour 155 000 habitants, devrait être une ville indépendante et fournir toutes les facilités nécessaires pour la vie quotidienne de ses habitants. Kazan Smart City à distance de 15 km du centre de Kazan et de 3 km de l’aéroport international et planifiée sur une superficie 650 hectares pour 56 000 habitants a l’objectif de renforcer le lien entre la métropole et son aéroport, notamment à l’aide d’un train rapide entre eux. Le masterplan pour cette ville nouvelle est conçu par un groupement malaisien, constitué par l’AJM Planning & Urban Design Group et Straits Consulting Engineers, en partenariat avec une organisation local, Tatinvestgrazhdanproekt.

Naberejnye Tchelny – centre industriel

View on Naberejnye Tchelny

View on Naberejnye Tchelny, RU-TA Naberejnye Tchelny © zizis

Naberejnye Tchelny est un centre industriel automobile non seulement pour la République du Tatarstan, mais aussi pour la Russie. C’était une petite ville de province avec peu d’importance jusqu’en 1976, lorsque la principale usine de camions KamAZ a commencé à se développer jusqu’à employer 59 000 travailleurs en 2008. Avec sa population de 513 000 habitants en 2010 elle est la deuxième ville du Tatarstan. Naberejnye Tchelny est située dans la partie nord-est de la république sur les rives de la rivière Kama, qui la relie avec la capitale. La ville s’est fortement développée après la deuxième guerre mondiale avec une structure urbaine caractéristique de la planification soviétique : les grands microraions (microdistricts), les larges boulevards, la planification géométrique et d’importants espaces publics en centre-ville.

L’économie de la ville est marquée par sa branche industrielle, la construction mécanique, représentée par l’entreprise principale JSC «KAMAZ». Une grande partie de la population est liée d’une façon ou une autre avec KAMAZ, une entreprise qui fabrique des camions lourds et des accessoires pour la Russie et certains pays ex-soviétique. Ces camions ont pu remporter onze fois la première place au Rallye Dakar. Le site de production réalise 93 600 camions par an (260 camions par jour). Des implantations d’industrie chimique et de la production d’énergie aide à diversifier les activités économiques.

Almetyevskle centre pétrolier

View on Almetyevsk

View on Almetyevsk, RU-TA Almetyevsk © Tatneft

La troisième grande ville, Almetyevsk avec 142 000 habitants en 2012, est l’une des villes les plus jeunes et est située dans le centre pétrolier de la République. Elle a été fondée comme une colonie de production du pétrole et a obtenu le statut de ville en 1953. La ville a été planifiée dans la période poststalinienne.

C’est ici que commence l’oléoduc pétrolièr « Droujba » qui fournit une parti des besoins énergétiques de l’Europe. La ville abrite plusieurs usines liées à l’industrie pétrolière produisant des tubes, pompes et autres outils. De plus la société pétrolière Tatneft possède son siège dans la ville.

Projets modernes, mais pour qui ?

View on SMART City Kazan

View on SMART City Kazan, RU-TA Kazan © SMART City Kazan

Le Tatarstan et d’autres pays anciennement sous l’influence du communisme, comme l’Azerbaïdjan, en se trouvant après la dissolution de l’Union Soviétique dans des systèmes plus libéraux paraissent « impatients » dans la réalisation de leurs projets. Ces pays souhaitent montrer au monde leur productivité et leur modernité, avec des grands projets urbaines, architecturaux et d’infrastructures, et rattraper ainsi le temps perdu sous l’Union Soviétique.

Les coûts de ces projets ambitieux peuvent atteindre plusieurs millions d’euros avec pour objectifs le développement du pays, mais aussi l’affichage d’une image moderne et de sa richesse. De l’autre côté, le salaire minimale officiel de 4611 roubles, environ 115 euros par mois (Source : Le Gouvernement de la République du Tatarstan), indique que la vie quotidienne d’une partie de la population reste éloignée de ces projets modernes, il n’est pas sur que celle-ci puissent profiter de ces investissements.

L’équilibre entre les besoins quotidiens des habitants et la modernisation du pays est essentiel. Comme le montrent les récentes manifestations au Brésil contre les dépenses élevées pour des grands événements internationaux, le développement d’un pays prend du temps et un équilibrage entre les projets d’investissements et la qualité de vie des habitants est important pour garder le support de la population.

Auteur: Tural Aliyev et Christian Horn

Christian Horn est le gérant de l’agence d’architecture et d’urbanisme Rethink

Lien vers l’étude territoriale ‘Tatarstan’ de l’agence Rethink

Print Friendly, PDF & Email
Do not hesitate to share this post
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmailFacebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail